photo-lucile-verbizierTrès tôt passionnée par la musique, Lucile Verbizier commence ses études par le piano et la flûte traversière et à 14 ans elle débute le chant lyrique auprès d’Anne Claude Gérard professeur à l’ARCAL dans les Hautes Pyrénées. Elle obtient un baccalauréat musique, une licence d’Histoire de l’Art et fait deux années en musicologie à l’université de Toulouse.

Lucile fait ses premiers pas sur scène dans un conte musical «Pantin-Pantine» d’Allain Leprest et Romain Didier. Elle intègre le conservatoire de Tarbes en chant, flûte traversière et fait partie de la Maîtrise Henri Duparc pendant trois ans, avec qui elle participe à deux tournées en France ainsi qu’aux Nuits Musicales de Trie sur Baïse.

Elle rentre au Conservatoire de Toulouse dans la classe de J.Schwarz et poursuit son apprentissage au CRR de Perpignan dans la classe de C. Papis et obtient son Prix de Chant.

Actuellement elle suit l’enseignement de L. Sarrazin.  Elle a travaillé également la musique baroque auprès de Paul Esswood et effectue régulièrement des Master Class auprès de la Cantatrice Luciana d’Intino en Italie.

On a pu la voir sur scène dans Athénaïs (Messidor de Daniel Tosi) création de l’opéra contemporain sous la direction du compositeur à Perpignan, La Marquise de Berkenfield (La Fille du Régiment de Donizetti) sur la Scène Nationale de Basse-Terre en Guadeloupe. ; Flora (Traviata ) au théâtre Louis Jouvet à Paris sous la direction de Sesto Quatrini ; Mercedes (Carmen) au théâtre de Lourdes ; La Marquise de Berkenfield (La Fille du Régiment de Donizetti) avec Arts et Sciences à Bordeaux ; Miss Hampton (La Belle de Cadix de Lopez) au Théâtre de Castres ; L’Opinion Publique (Orphée aux Enfers d’Offenbach) avec la compagnie La Roulotte Opéra dirigée par Pierre Espiaut ; Frédérique (Rêve de Valse d’Oscar Strauss) au Théâtre de Castres ; l’Opinion Publique (Orphée aux Enfers d’Offenbach) au Casino Barrière de Toulouse mise en scène par Gilles Ramade.

Lucile Verbizier est aussi demandée pour des oratorios : alto solo (Requiem de Mozart) à l’Abbatiale Saint Michel de Gaillac, accompagnée par l’Orchestre Mozart-Toulouse dirigé par Claude Roubichou ; Alto Solo (Stabat Mater de Pergolèse) et (Messe du Couronnement de Mozart) au Festival «Automne Musical en Vallespir» ; Alto solo (La Petite Messe Solennelle de Rossini) en tournée en France et à Bordeaux; Alto solo (Le Stabat Mater de Bonaventure Petit) au Festival de musique sacrée de Perpignan ; Alto solo (La Petite Messe Solennelle de Rossini) en tournée en Languedoc-Roussillon .

Et pour des récitals : aux Jeudis du Musée des Arts décoratifs et du Design à Bordeaux sur le thème « Les Amours contrariés au XIXème siècle » ; à la Chapelle Saint André avec Arts et Sciences à Bordeaux ; avec les Amis du Grand Théâtre de Bordeaux…

Tout dernièrement on a pu la voir dans un spectacle nommé: « Amour et fantaisie au temps de l’Opérette » extraits de Métella (La Vie Parisienne) et de la Périchole d’Offenbach au Théâtre d’Angoulème.

Elle vient d’incarner la Sorceresse (Didon et Enée de Purcell) au théâtre du Pont Tournant à Bordeaux et à Bouliac avec la compagnie «Opéra Bastide».

Lucile Verbizier a remporté fin mars 2014, le 1er Prix d’Opérette et le 3ème Prix d’Opéras au Concours National des Amis du Grand Théâtre de Bordeaux. Elle vient de remporter le Prix d’Interprétation au concours d’Excellence de l’Union Professionnelle des Maîtres du Chant Français

 

Lucile Verbizier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *